…mais je ne mangerai probablement plus jamais « Au pied de cochon »

Or donc, ce soir, j’étais censé voir Super 8, j’en aurais sûrement même écrit un début de critique qui serait resté sur mon ordi pour des siècles et des siècles. Mais avant cela, je devais manger un morceau en fin d’après-midi avec des amis/familles dans un petit resto sympathique qui ouvrait en fait plus tard que prévu. Donc on a décidé de chercher un autre restaurant et « Au pied de cochon » (1er arrondissement, près des Halles) fut proposé.

Nous y sommes arrivés assez tôt, vers 19h15 (oui, c’est tôt pour un dîner mais nous étions pressés). On nous a installés et donné les cartes. Le resto n’était rempli qu’à 15% à ce moment-là. Nous avons commandé et attendu nos plats… Et attendu… Et attendu. Il a dû falloir environ 1/2 heure pour que nous ayons nos entrées, des entrées froides consistant en charcuterie et tartines de chèvres frais, je comprends pas ce qui a pris du temps. Notons à ce moment-là que 2 groupes arrivés quelques minutes après nous avaient été servis, et on songeait à se barrer (2 minutes plus tard et on payait la bouteille de vin et on se cassait). On a mangé l’entrée en se pressant un peu, sauf ma cousine qui n’avait pris qu’une entrée copieuse. On a dû demander au serveur de venir nous enlever les assiettes et il a failli enlever celle de ma cousine qui n’avait pas fini au passage, et elle a d’ailleurs eu  le temps de finir avant que le serveur amène les plats principaux. À ce moment-là, on savait que c’était baisé pour le film donc on a repris les choses au rythme normal. On a mangé des plats moyens, servi par un garçon moyennement aimable, on les a payé et on est parti, il était 21h30. 2h15 pour manger alors qu’il y avait la queue à l’entrée pour ce qui s’avère n’être qu’un piège à touriste.

Bon, c’était peut-être notre faute, on est arrivé 30 minutes avant le rush, ils avaient du temps à perdre ou je ne sais quoi… Et puis on était pas très souriant après les 20 premières minutes…

Fun facts :
– Malgré son nom, le restaurant semble plutôt spécialisé dans les fruits de mer (mais pas trop les moules), puisque je n’ai vu que 5-6 plats à base de porc sur la trentaine (quarantaine ?) proposés.
– Les plats d’escargots sortaient de la cuisine sur leur plat mais le garçon les refaisait chauffer sur un réchaud, pour l’odeur, sûrement (pas pour les décongeler, non, non, non).
– Le menu s’appelait « Cochon Express ».

Publicités
Cet article, publié dans Critique culinaire, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour …mais je ne mangerai probablement plus jamais « Au pied de cochon »

  1. Last Equinoxx dit :

    Bon, j’avoue, la petite terrine de dégustation offerte à notre arrivée n’était pas mal, quand même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s