…mais parfois je pense

   Ce matin, j’ai commencé à lire « L’art d’avoir toujours raison », d’Arthur Schopenhauer. Je ne l’ai pas encore fini donc je suis susceptible d’avoir tort, mais je pense très sincèrement que si ta note de fin de page prend la majorité de cette dernière et/ou déborde largement sur la suivante, tu peux écrire un paragraphe de plus.
J’avais eu sensiblement le même problème sur « Le héros aux mille et un visages », ça coupait complètement l’élan de lecture. J’veux dire, les mecs qui ont écrit ce genre de bouquins l’ont pas fait d’une traite et étaient plutôt calés sur le sujet ; ça aurait été si dur de tourner le truc autrement pour intégrer les infos voulues ? Genre une simple mise en situation avant, même, ça l’aurait fait. Voire dans certain cas, la note de fin de page comme paragraphe JUSTE AVANT celui qui fait appel à l’info qui s’y trouve… Non ?

Publicités
Cet article, publié dans billevesées et coquecigrues, Juste un long tweet, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour …mais parfois je pense

  1. C’est pour voir si vous suivez , en fait 😉

  2. yelahee dit :

    Les bouquins de philo sont HORRIBLES pour ça 😦 Beaucoup trop complexe syntaxiquement et lexicalement, c’est d’un élitisme…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s