…mais elle boit

Se montrer sociable, c’est important ; surtout en école de comm’. Aller boire un verre avec les collègues de cours, parfois les profs, on tisse des liens qui dureront toute une carrière. Ou toute une vie. Philippe s’y connait en vignoble, son père était sommelier, mais lui a préféré s’orienter vers le commerce. Moins noble mais plus gratifiant. Ensemble, ils se lancent des défis. Quel région, quel cépage ? Elle gagne souvent, elle s’entraîne seule.

Un ou deux verres.

Pas du rouge qui tâche mais du blanc bien classe. Repas d’affaire. Diners mondains. Travail excellent. On gagne en responsabilité, c’est stressant mais on sait comment tenir. Margarita et pastis pendant les vacances, avec les amis, c’est tellement plus convivial. Et vodka le reste du temps, l’odeur est facile à masquer.

Deux ou trois verres.

Philippe est parti. Elle a changé, ou peut-être pas, ou pas comme il fallait. Mais elle ne reste pas seule.

Trois ou quatre verres.

——–

J’en ai chié pour sortir ce texte. (D’ailleurs, c’est un peu de la merde.) Et j’ai fini par ne plus vouloir bosser dessus.

En fait, je suis très mal à l’aise avec l’alcoolisme. Globalement, j’apprécie peu la boisson donc je comprends mal qu’on s’y perde. Et, pour autant que je sache, je n’ai aucun alcoolique dans mon entourage. C’est peut-être pour ça que je ne sais pas trop comment y réagir. Apparemment, il faut le dire en face : « tu as un problème avec l’alcool ». Sauf que c’est un coup à mettre fin à une relation si elle n’est pas solide. Et bien sûr, il ne faut pas se louper, donc que la personne soit déjà bien accrochée. Les plus simples à spotter, ce sont les gens qui boivent seuls, mais c’est rare.

La mère d’une ex était alcoolique. Enfin, je suppose qu’elle l’est toujours. Un ou deux verres de pastis en rentrant du boulot. Un ou deux verres quand de la famille venait. Au final, ça faisait une dizaine de verres par semaine ; parfois 15 ou 20. Ça détruisait sa fille ; et moi, que pouvais-je faire à part la laisser pleurer dans mes bras ? Alors voilà, arrêtez de boire pendant 2-3 semaines et regardez si ça vous manque, que je n’aie pas l’occasion de penser cela de vous.

Prolonging the magic

Chanson au thème tout à fait similaire, voire identique, et que j’ai beaucoup écoutée en écrivant (et dont le texte est probablement mieux, plus équilibré) :

Publicités
Cet article, publié dans Écrivaillonnerie, Je vous juge, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour …mais elle boit

  1. RiyeT dit :

    Bah il est pas nul ton texte! Il est même bien en fait. Rythmé au niveau des sonorités, les mots sont bien choisis. Ca donne un ton léger car l’alcool c’est un sujet léger,c’est les soirées, c’est les amis. C’est jamais nous l’alcoolique. Le message passe.
    Une remarque néanmoins. A la première lecture j’étais un peu confus sur qui est le perso principal. Lui/ Elle? Mais c’est peut être moi. Je me dis que j’aurais pas craché sur une petite mention pour éclaircir la situation du style  » Ensemble, à la maison, ils se lancent des défis…. »
    Encore une fois, ce n’est que mon avis.
    En tout cas je suis content: enfin je lis un texte de toi, et non une chronique.

    • Last Equinoxx dit :

      Ah oui, c’est vrai, j’ai oublié d’introduire le personnage au début. J’ai fait des recoupes et ça a dû sauter sans que je ne fasse gaffe. C’est le problème quand on a trop le texte dans la tête.
      (Oh, y’a pas que des chroniques, il y a aussi les 2 interludes humoristico-policiers :-p Mais oui, ils sont un peu courts pour juger.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s