…mais l’art n’existe plus

En seconde, ma prof d’espagnol nous avait proposé de faire 1 heure de dessin (parce que l’espagnol, ça ne sert à rien, apparemment) ; pour cela, elle avait fait venir une amie peintre. Cette femme s’était spécialisée dans le dessin de nœud. Elle ne peignait presque que ça. Pas super bien, il m’avait d’ailleurs semblé. Enfin, techniquement ça allait, mais les cordes n’étaient pas toujours très en face de là où elles étaient supposées être. Mais elle était exposée dans une galerie (je crois) donc bon.

Ce qui m’avait surtout étonné, c’est qu’elle n’avait pas tout à fait l’air sûr de savoir pourquoi elle peignait ça. Ou alors elle ne voulait pas le dire parce que le nœud est aussi l’un des nombreux surnoms de la bite et qu’elle ne voulait peut-être pas avouer ça à des jeunes de 16 ans.

Tout ça pour dire qu’être artiste, c’est facile, il suffit de faire un truc et dire que c’est de l’art. (Et toujours faire le même truc, pour montrer que c’est TON truc.)

Avant, l’art était une technique. Plus tu la maîtrisais, plus tu étais reconnu. Puis il y a eu le non-art, le ready-made et toutes les inventions de l’art contemporain. C’était de l’art dans le sens où les gens qui ont inventé ces principes connaissaient très bien ce qui avait été fait avant eux et les procédés liés, et choisissaient sciemment d’aller à leur encontre. Mais dès lors que l’art et son inverse sont devenus la même chose, absolument tout devenait de l’art.

À quoi sert l’art ? À être joli ? À faire réfléchir ? Mais que faites-vous de la beauté cachée des laids, des laids ? Et si tu veux réfléchir, une dalle de marbre, un rutabaga ou la roue d’un hamster marchent très bien aussi. La reconnaissance des autres, peut-être ? Je connais une peintre à qui on a proposé d’acheter ses propres toiles via une galerie pour se donner un prix, et c’est courant. L’intégrité dans le monde de l’art.

Personnellement, je me contente d’aimer des trucs.

Publicités
Cet article, publié dans billevesées et coquecigrues, Culture, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour …mais l’art n’existe plus

  1. RiyeT dit :

    Je vois ce que tu veux dire, mais le sujet est trop vaste pour le limiter juste à ça. J’attends avec impatience Lundi pour une joute verbale de légende.

  2. Zir dit :

    Personnellement, je pense que pour définir quelque chose comme étant de l’art, il y a trois critères.
    – La Création. Il faut créer quelque chose. Le terme s’oppose à la production mais peut cependant, au sens large, le Pop Art, le Ready Made, etc…
    – La Sincérité. Être sincère, authentique. Vouloir faire passer quelque chose. C’est un critère très important je trouve, et c’est vraiment ça qui différencie l’Art d’une soupe commerciale.
    – Le fait d’être définit comme de l’Art. Par un expert en la matière, l’artiste lui-même ou un sinistre inconnu. Ce critère représente la caractéristique subjective de l’art, alors que les deux précédents sont objectifs (bien que pas évident à attribuer objectivement). L’Artiste peut dire qu’il fait de l’Art, mais souvent -et s’il est humble ou qu’il a une basse estime de lui-même- l’artiste ne va pas se définir lui-même comme artiste. On peut penser qu’un érudit de l’art est le mieux placé pour définir ce qu’est l’art, mais ces choses-là changent tellement avec le temps…
    En fin de compte, n’importe qui peut appeler quelque chose de l’art et cela suffit, si les deux autres critères sont respectés, à faire de ce quelque chose une œuvre d’art.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s