…mais laissez-moi le temps de répondre, bordel

C’est toujours frustrant quand quelqu’un te vanne et que tu ne trouves pas de réplique. Mais niveau frustration, c’est du pipi de chat comparé à celle ressentie quand tu as une réplique parfaitement cinglante mais que tout le monde rigole pendant 3 minutes et te dis « ah il t’a bien vanné » au lieu de te laisser placer ta réplique bordel de bande de connards de merde.

Parce qu’après, c’est trop tard.

C’est trop tard parce que les gens ont déjà oublié la phrase à laquelle tu réponds ou parce que « Ha, Lasty, il t’a fallu 3 minutes pour la trouver ». Béotiens.

Dans toute argumentation, le plus stupide est le public. J’en veux donc d’autant plus à Schopenhauer (Arthur) d’avoir raison sur ça : c’est lui qui décide qui a raison dans une discussion. Alors imaginez un match de boxe où, après qu’un mec ait placé un jab, l’arbitre se place entre les 2 adversaires pour dire « ouh, il t’a filé une droite, ça va valoir des points, il va gagner le match » au lieu de putain de s’écarter et te laisser placer ton uppercut. Scandale.

Dans Ridicule, de Patrice Leconte, les gens qui observaient les luttes d’esprit, pour stupides qu’ils soient, avaient conscience d’être devant un combat et s’en tenaient alors aux règles ; quelques éclats de rires forts à propos puis on se tait pour laisser répondre l’adversaire.

Dans la vraie vie, on rigole tout son soûl et tant pis si ça disqualifie l’un des participants.

Mais le cas s’étend à d’autres situations.

Quand j’étais petit (je devais avoir une dizaine d’années), la blague ci-après a été racontée lors d’un dîner :

C’est un couple de jeunes mariés qui va prendre un train de nuit. Ils se doutent qu’ils auront besoin d’exprimer leur amour mais qu’ils ne seront pas seuls dans le compartiment et décident alors d’un code. Si l’un des deux a envie, ils demandera à l’autre de lui peler un pamplemousse.
Durant la nuit, la jeune femme est prise d’une envie et appelle son mari :
– Chéri, tu me pèles un pamplemousse ?
Le mari s’exécute et revient ensuite dans son lit.
Quelques dizaines de minutes après, la femme recommence :
– Chéri, tu me pèles un pamplemousse ?
Et ce, plusieurs fois dans la nuit.
Au bout d’un moment, leur voisin excédé finit par dire :
– Vous avez pas bientôt fini de peler des pamplemousses ? Je reçois tout le jus !

Ma réaction a été rapide ; trop pour l’image que ma famille avait de moi, j’ai dit « j’ai pas compris ». Hilarité générale, haha, Lasty est trop jeune pour comprendre, tu verras quand tu seras adulte, haha.

Philistins.

Je ne me souviens pas, au cours de ma vie, avoir ignoré le processus d’une interaction sexuelle. J’avais simplement pris la blague un peu trop au premier degré. Ce que je ne comprenais pas, c’était quel fluide intime pouvait être confondu avec du jus de pamplemousse. Au delà de l’odeur, que je ne connaissais pas à l’époque mais que j’imaginais différente, le sperme n’a certainement pas la même consistance et pour ce qui est des sécrétions vaginales, je ne pense pas que j’étais familier du concept de femmes fontaines, mais je pensais que c’était également le cas.

Sauf que je ne pouvais pas me justifier. C’était trop tard. Ne te justifie pas, Lasty, tu es coupable d’ignorance à leurs yeux et tu ne ferais que t’enfoncer. Frustration.

Tout ça pour dire : laissez-moi le temps de répondre, bordel.

Publicités
Cet article, publié dans Je vous juge, La vraie vie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour …mais laissez-moi le temps de répondre, bordel

  1. Ping : …mais j’aime pas trop me faire traiter de et comme un con sans raison | Ne le dites pas à mes psys…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s