…mais j’aime pas trop me faire traiter de et comme un con sans raison

Hier, je me suis un peu pris le chou avec une meuf sur Twitter.

Ça a commencé par 2 retweets de sa part, un disant d’enlever sa culotte et l’autre de la garder (pas la sienne, la culotte générale) ; ce sur quoi elle a enchainé en demandant qui avait raison. Comme ça parlait de culotte, et que c’est un vêtement sympa, j’ai réagi :

Les vrais hommes aiment enlever les culottes. Et c’est plus hygiénique.

Phrase qui me semblait innocente, et qui n’appelait pas particulièrement de réponse. En vérité pas de jugement de valeur, c’est juste que j’aime enlever les culottes (il me semble que c’est effectivement plus hygiénique, mais ça dépend des fringues, aussi). Je dis toujours un peu tout ce qui me passe par la tête sur Twitter. Mais elle a répondu :

« Les vrais hommes ». T’as une théorie sur « les vraies femmes » du coup je suppose.

Et avant que je n’ai le temps de répondre, elle a dit en public :

« Les vrais hommes » « Les vraies femmes » ou comment nier l’identité d’un type de personnes humaines.

Merci de rien bisous.

J’ai répondu, avant d’avoir vu les messages précédents, et ne sachant donc pas dans quel état de colère (?) elle était :

Oui, une vraie femme, c’est comme un vrai homme, mais pour une femme.

Parce que c’est vrai ; un vrai homme ou une vraie femme, c’est pareil : j’en ai rien à secouer. J’ai dit ça comme ça. Mais, après avoir vu son offensive, j’ai ajouté en public (puisque c’était visiblement à la mode sur le moment) :

Les gens qui prennent trop au premier degré tes messages et les reprennent en public, c’est pas très agréable.

Et un peu après (et de trop mais bon, fuck), puisque je restais irrité :

J’en aurais presqu’envie de te dire d’aller te faire enculer.

Auquel elle a d’ailleurs répondu :

bah dis-le.

Et un peu après, toujours sans me citer :

C’est toujours tellement plus pratique de dire que « haha mais non j’déconnais » #CestBienConnu

+ un retweet avec justement cette fameuse formule du « Haha mais non j’déconnais » par un de ses suivants. (Formule rendue célèbre notamment suite à une dispute de Mar_Lard avec un quelconque macho qui a utilisé cette phrase, ou une variante, pour justifier d’une réplique qui, pour le coup, était réellement sexiste.)

Alors je ne suis peut-être pas l’homme le plus féministe de France, mais me faire traiter comme le premier connard sexiste venu simplement parce que j’ai utilisé l’expression « vrai homme » m’a un peu énervé et comme je ne vois pas pourquoi je devrais me justifier face à quelqu’un qui me suivait depuis des mois et qui aurait par conséquent du savoir que je traite tous les humains aussi également, j’ai juste dit ceci (en 2 morceaux), en public, avant de l’unfollower :

Bon bah va te faire enculer. J’ai l’impression que tu n’as jamais vu ma TL, mes messages et mes rt féministes, et que tu me parles comme au premier beauf venu. Quoi que je dises, tu as pris ta décision. Je vois pas pourquoi je devrais faire l’effort de m’expliquer. C’est con.

J’ai vu lors de l’écriture de cet article qu’elle avait mis :

Une bonne chose de faite.

Et m’avait unfollowé aussi. Donc oui, probablement une bonne chose de faite. Quand je pense quelque chose de limite, j’ai les couilles d’argumenter, et si je vais trop loin, ça prend parfois du temps mais je demande pardon. Là, j’ai dit une phrase qui, même pensée, ne méritait pas de colère car le « vrai » ici n’était même pas défini, ça aurait pu être « quelqu’un qui le décide » ou « qui a un pénis » ou « qui aime enlever la culotte de celle qui l’aime », sauf que tu as jugé si vite que tu as oublié à qui tu parlais, oublié de réfléchir, oublié d’être patiente.

Alors peut-être que tu avais eu des connards lourdingues qui te disaient des choses sexistes à côté (et j’ai pris pour eux, merci), peut-être que tu m’as confondu avec un autre, peut-être que tu es transgenre et que tu l’as pris comme une attaque personnelle, peut-être qu’on était juste pas sur la même longueur d’onde sur le moment ou peut-être que l’un de nous deux est effectivement en faute. Je ne le saurai peut-être jamais, et tant pis.

Tu peux venir cracher un peu de bile dans les commentaires si ça peut t’aider, c’est à ça que me sert cet article, parce que je me suis senti injustement agressé ; demande à qui tu veux qui me connait de près ou de loin, même des gens qui m’apprécient peu, « sexiste » ne viendra certainement pas dans leur description ; cet article est un exutoire (cf. les tags). Parce que je sais pertinemment, et c’est aussi ça qui va me bouffer, que sur ces difficiles sujets du genre, de la féminité/masculinité, du féminisme, ça part vite en couille, et que dans les débats, personne ne dira jamais qu’il a tort, surtout en public (cf. Schopenhauer, j’ai déjà abordé le sujet). C’est foutu, et ça m’emmerde.

Et je réagis (et réagirai) toujours comme ça ; attaque-moi d’une façon aussi abrupte,  injustifiée et/ou immature, et je couperai les ponts. Je n’aime déjà pas trop me disputer mais j’ai horreur des argumentations où l’autre a décidé que tu avais tort avant même que tu poses une idée et se permet de « singer » ce qu’il croit que tu dis ; si tu ne fais pas d’effort, pourquoi en ferais-je ?

PS : On m’a conseillé de réfléchir plus posément à cet article, ou de l’envoyer par mail… Mais je n’ai pas le mail de la personne, et de toute façon, à attaque publique, réponse publique. Puisque foutu pour foutu…

Publicités
Cet article, publié dans Je vous juge, La vraie vie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour …mais j’aime pas trop me faire traiter de et comme un con sans raison

  1. Dominique dit :

    « …mais j’aime pas trop me faire traiter de et comme un con sans raison » : perso je préfèrerai que ce soit SANS raison, plutôt QU’AVEC ! Question de dignité ! 😉

    • Last Equinoxx dit :

      J’ai tendance à penser qu’on a tous un peu de connerie en nous, et que quelqu’un nous le fasse remarquer (avec diplomatie) de temps en temps ne peut pas nous faire de mal. Mieux vaut froisser une dignité et faire un con de moins 🙂 Mais là, j’ai toujours pas compris la raison et l’intérêt de la chose.

  2. Dominique dit :

    Si on me traite de con sans raison : j’ai tendance à penser que moi par contre j’ai affaire à un de ces spécimen.
    Par contre si « le spécimen » à raison…
    Dans le cas présent il y a maldonne parce qu’un bolg n’a pas d’intonation. On choisi ses mots quand on a affaire a des inconnus, c’est quand on les connait que l’on peut « déconner » avec.
    L’intérêt de la raison, c’est que le premier qui attaque (qui juge ici) se sent le plus fort. Il n’y a pas que des Einstein dans la vie ! 😆
    Bonne soirée jeune homme !

    • Dominique dit :

      ps : et on n’est pas moins con parce que quelqu’un vous le fait remarquer (même avec diplomatie), on en prend conscience plus légèrement, avec un certain bonheur ? Tandis qu’autrement on se sent agressé et forcément on en doute ! 😉
      nb : je plaisante. Un peu !

  3. Dominique dit :

    Pas si simple : il n’y aurait plus de con, or il y en a toujours et des graves ! Le con, le vrai, n’a pas conscience qu’il l’est, mais alors pas du tout ! C’est ce qui fait de lui un grave con.

    • Dominique dit :

      D’ailleurs je ne discute jamais avec les cons, c’est de la perte de temps. C’est y pas un joli compliment ça ? 😉

      • Last Equinoxx dit :

        Je ne crois pas aux absolus. On peut être con sur un sujet et pas un autre, ou dans une situation, ou se « reconnifier » pour x raisons.
        (Merci du compliment.)

  4. Dominique dit :

    Que l’on soit con sur 1 sujet (en général la connerie n’est pas selective) fait que sur CE sujet on est le con de quelqu’un ! Donc…

  5. Maxence dit :

    Haha, bonnes réponses aux commentaires Lasty. Très différent de dire de quelqu’un qu’il « est con » (sur le moment ou sur un point précis) ou qu’il est « un con » (dans l’ensemble).

  6. suppositoire dit :

    La réalité, c’est qu’une bande de petits trous du cul de sexe indifférencié se servent du féminisme de manière fasciste pour continuer à se délecter de leur principal plaisir au moindre prétexte, quel que soit le sujet: cracher à la gueule d’un monde qu’ils jugent conformistes et en prenant leurs actes « héroïques » pour de la subversion. J’emmerde le féminisme, et toute cette clique de bien-pensants new-age qui se croit supérieure et plus autorisée à penser que les autres. Et cela ne m’a jamais empêché de respecter les femmes et les considérer comme l’égal de l’homme bien que différentes (et donc certainement pas une égalité en tous points). Et comme c’est ma vie et que j’entends la vivre comme bon me semble, sans rien en avoir à cirer de leur avis de petites pucelles hystériques, hé bien qu’ils aillent juste se faire foutre dans mon indifférence, et si tout le monde faisait comme moi, ces m’as-tu-vus frustrés passeraient vite à autre chose.

    • Last Equinoxx dit :

      Personnellement je pense que les personnes se servant de l’étendard du féminisme pour leur bien personnel sont extrêmement minoritaires.
      Parler de fascisme est excessif (et c’est la mode mais fuck la mode).
      Comme je l’ai déjà dit, la personne en question n’est pas stupide ou foncièrement mauvaise, elle a juste mal réagi ce jour-là. Je ne saurai peut-être jamais pourquoi mais j’ai décidé de laisser couler (après un article, certes, mais plus pour me calmer en montrant le ridicule de la chose). Si s’énerver ne sert rien, ça ne sert à rien de s’énerver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s