…mais je lis des journaux du futur

Tollé dans les milieux associatifs LGBT, une équipe américano-italienne a démontré l’origine génétique de l’homosexualité et annonce qu’un traitement pourrait en découler.

L’équipe des Docteurs Bulsara et Dwight de l’Université de Philadelphie, conjointement avec l’équipe turinoise du Docteur Canbelli a mis à jour la responsabilité de 3 gènes dans l’orientation sexuelle du porteur. Plus qu’une simple prédisposition, les gènes tau3-14, kat1-42 et zol4-p08 dans leur version adéquate seraient à l’origine de 86,3% des cas d’homosexualité dans le monde.

La découverte en elle-même aurait suffit à faire grand bruit mais avec les progrès de la thérapie génique, les scientifiques envisagent aussi de modifier l’orientation sexuelle de ceux qui le souhaiteraient, mais Brigitte Merle, de l’association L’Oreille au guet, commente : « L’homosexualité n’est pas une maladie. Proposer de la corriger, c’est tout simplement annoncer le contraire. L’homosexualité a été supprimée de la liste des maladies mentales par l’OMS il y a, finalement, peu de temps (1990 [1] pour la CIM, ndlr), et avec cette nouvelle, il serait très facile de l’y remettre. »

À l’instar de Brigitte Merle, le député UMP Rémi Ghabio s’inquiète des conséquences légales : « Beaucoup d’homosexuels découvrent leur condition à la puberté, à un âge où l’on est encore sous la tutelle parentale, notamment concernant les choix médicaux. Que se passera-t-il si des parents décident de traiter leur enfant contre son avis ? » Aux États-Unis, dans de nombreux états, la loi interdit déjà l’équivalent psychothérapique aux mineurs [2] et devrait donc être élargie pour englober la thérapie génique, mais il n’existe pas d’équivalent à cette loi en France ou en Europe, les thérapies de conversion pour homosexuels y étant rarissimes.

Sur les réseaux sociaux, la découverte est le sujet le plus discuté actuellement. Notamment sur Twitter où, en quelques heures, #ThérapieGay est arrivé en tête des mot-dièses les plus utilisés en France. Son équivalent anglo-saxon, #GayTherapy, a également fait une entrée fracassante. Mais déjà, les relents homophobes, qui avaient été réveillés par le mariage pour tous, il y a quelques années, se font sentir ; on a pu lire des messages encourageant le gouvernement à rendre la thérapie obligatoire dès qu’elle sera disponible ou invitant l’OMS à lancer une campagne en ce sens dans tous les pays des Nations Unies.

« Pétition pour que l’OMS prenne part au financement de la #ThérapieGay : http://bit.ly/FN20-prct »

« Enfin une solution à ce mal qui ronge notre société. Inversons les invertis ! #ThérapieGay »

Des sanctions légales pourraient être prise à l’encontre des personnes postant des messages à caractère homophobe mais il semble évident que les gènes tau3-14, kat1-42 et zol4-p08 vont encore faire couler beaucoup d’encre.

[1] Déclassification de la trans-identité de la liste des maladies mentales de l’organisation mondiale de la santé.

[2] La Californie interdit les thérapies de conversion des jeunes homosexuels.

———————

C’est une fiction, rassurez-vous. Cela dit, même si la science actuelle indique qu’une grosse majorité de ce qui cause l’homosexualité est d’origine sociale, je me pose parfois la question de ce que nous ferions si on découvrait une « vraie » façon de changer l’orientation sexuelle des gens. Ce ne sera pas forcément par la génétique ; on commence à lire le cerveau, un jour on l’écrira.

Sinon, je me demande, vous êtes-vous sentis à l’aise en lisant cet article ?

Publicités
Cet article, publié dans Écrivaillonnerie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour …mais je lis des journaux du futur

  1. Maxence dit :

    Le problème étant , je pense, que l’identité sexuelle est quelque chose de trop mouvant et insaisissable pour qu’il soit vraisemblable que des gènes puissent la déterminer. Notamment parce qu’elle ne l’est jamais vraiment. Cf l’échelle de Kinsley.
    Article très sympa, et non ça va j’étais pas trop mal à l’aise.

    • Last Equinoxx dit :

      Oui, bien sûr, mais l’essentiel de mes fictions est basée sur au moins 1 invraisemblance, sinon ce serait chiant :-p

      (Oh, et merci pour le retour positif 🙂 )

  2. AnnSocisse dit :

    Personnellement, je n’ai pas été mal à l’aise. Quoique si on prend les informations que tu donnes pour argent comptant, ça peut être en effet assez flippant dans les conséquences que ça peut avoir.
    Qui vivra verra. (La phrase bateau pour conclure ce commentaire qui n’est, de toute façon, pas très constructif). Bisou quand même.
    Mais, somme toute, il est très bien ton article. (Puis même si ce commentaire a une utilité toute relative, je me devais de commenter puisque je réponds toujours quand on me pose une question)

  3. la Krapp dit :

    83%? et les autres c’est rien que du chiqué?

    « Inversons les invertis » *chapeaubas*

  4. Ping : …mais un petit pouvoir implique aussi des responsabilités | Ne le dites pas à mes psys…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s