…mais peut-être qu’un jour je ne serai plus totalement nu

Comme tout le monde, depuis que ma puberté a commencé (donc il y a une grosse quinzaine d’années), j’envisage de me faire tatouer.
Certains de mes amis, de simples connaissances (réelles ou virtuelles) et vraisemblablement des millions d’inconnus ont déjà sauté le pas à mon âge. Mais moi, incapable de me fixer sur le dessin idéal, je tergiverse comme pour l’écriture de mes romans (I see a pattern, here).

C’est ce qui a probablement fait germer l’idée du tatouage animé ; parfois je rêve même, à terme, d’un e-tatouage, que l’on pourrait éteindre ou modifier à l’envi…

À ma décharge, mes continuelles hésitations m’ont sauvé d’une vie coincé entre ridicule et douchebaggery ; l’un des premiers tatouages envisagés était en une langue que je ne maîtrise pas.
En effet, alors que j’avais tout juste ma majorité, j’ai envisagé un moment de me faire tatouer une phrase tirée d’un livre taoïste, fort inspirante mais en chinois. Celle-ci orne l’entrée de mon ancien site mais je suis finalement heureux de ne pas l’avoir au milieu du dos. Car pour jolie qu’elle soit, et quand bien même j’eus été un jour capable de retenir véritablement sa traduction, il m’aurait été impossible de la lire. Et même si j’ai le cheveux raide et les yeux fins, je n’ai à ma connaissance pas plus d’origine chinoise que la moyenne de mes concitoyens (Franck Ribéry inclus) ; ai-je dès lors le droit de m’accaparer un pan d’une culture qui n’est pas la mienne ?
Sans trop savoir pourquoi, vers la même époque, j’ai pensé à un scarabée à ailes d’oiseau, mais c’était un peu trop égyptien (cf. phrase précédente), et les ailes pouvaient potentiellement être vues comme celles d’un ange. Trop de symbolique qui n’était pas « moi ».

Quelques années plus tard, suite à l’abandon de ce qu’il me restait de spiritualité pour me diriger vers quelque chose d’un peu plus scientiste, j’ai pensé à des rouages dans lesquels se trouveraient des symboles qui, réapproprié, me semblent définir la mécanique de l’univers ; une spirale pour le mouvement, l’immuabilité (et car c’est cool) ; le symbole recyclable/recyclé puisque rien ne se perd, rien ne se crée ; peut-être encore un tao (yin/yang) car l’univers reste effectivement un équilibre, entre différentes forces, entre matière et énergie ; un pentagramme, pour ce qu’il reste de mystère ; j’avais aussi songé à la représentation de la structure atomique de l’hydrogène (Dr Manhattan-style).

Mais je n’arrive même pas à me décider sur la disposition des rouages. Et même sans ça, si c’est ce en quoi je crois, ce n’est pas moi. Je veux que ça me plaise, autant que ça a un sens pour moi, mais comment puis-je espérer trouver un dessin qui correspondra à cela alors que je suis dans une perpétuelle quête de sens ? J’ai envisagé de fusionner les symboles sus-cités, faire un truc rien qu’à moi, mais ça ne ressortait pas bien. Je n’ai même pas de passion (je reviendrai là-dessus), un simple truc qui m’intéresse au point de le vouloir toujours avec moi, comme ces gens extraordinaires qui se tatouent Edward Cullen sur le dos. Alors je griffonne des idées, j’esquisse des possibilités, mais ça reste entre le papier et moi.

Je suis récemment tombé sur des pictogrammes mésoaméricains. Sans aller jusqu’à vouloir les copier, j’avoue que leur trait sont inspirants. Je parle espagnol et j’ai de la famille qui a longtemps vécu en Amérique du sud, alors j’ai un peu plus le droit. (Même si effectivement, les espagnols, et bien des européens, sont les artisans de la majorité de la disparition des civilisations précolombiennes.)

Cela dit, je peux bien composer le tatouage parfait pour moi, il faudra que j’aille voir un inconnu pour lui demander de me dessiner sur la peau alors c’est plutôt cramé. Vivement les machines tatoueuses comme dans Starship Troopers.

Publicités
Cet article, publié dans La vraie vie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour …mais peut-être qu’un jour je ne serai plus totalement nu

  1. lépreuse dit :

    Ta famille a vécu en Amérique du sud, genre dans l’immédiat après-guerre, c’est ça?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s