…mais je lis Wild Cards (edited by George R. R. Martin)

La saison 4 se finissant, la fièvre Games of Thrones n’est toujours pas retombée.

Symptôme de cette culture qui se prétend geek sans en avoir l’esprit, il y a 2 catégories de spectateurs pour la série :
– Ceux qui ne lisent pas les bouquins et se plaignent des spoilers (alors que vous avez qu’à vous sortir les doigts du cul et lire le matériau d’origine).
– Ceux qui lisent les bouquins et se plaignent du rythme de parution de ceux-ci (et des spoilers, alors que vous avez lu le matériau d’origine donc vos spoilers sont plus sur la forme, bande de geignards).

Pour les seconds, je me pose une question : Avez-vous lu ses (nombreuses) autres œuvres en attendant ? Car parmi celles-ci, je suis assez étonné que personne ne connaisse Wild Cards (et pourtant j’ai quelques amateurs de super-héros dans mon entourage et mes contacts).

Wild Cards

Wild Cards est une série de nouvelles et quelques romans écrite par plusieurs auteurs et edited by George R. R. Martin depuis 1987.

Oui, j’ai mis en anglais car je ne suis pas sûr de comment traduire « editor ». (Non, pas « éditeur », please.) J’ai envie de dire « rédacteur en chef » mais c’est assez marqué journalisme… Pourtant c’est ce que c’est ; George chapeaute et participe à l’écriture de la série, vérifiant (je suppose) la cohérence de tout ça et sa correspondance avec une quelconque « ligne éditoriale ».

L’univers de Wild Cards était sensiblement identique au nôtre jusqu’au fatidique jour du 15 septembre 1946 où un virus extra-terrestre capable de réécrire l’ADN humain fut libéré au-dessus de New-York. 90% des infectés moururent, certains semblant décéder d’une maladie quelconque, d’autres subissant des déformations que leur corps n’a pu supporter. Parmi les survivants, 90% subirent aussi des altérations physiques plus ou moins invalidantes et auxquelles certains regrettent d’avoir survécu. Et enfin, le dernier pour cent acquit des pouvoirs.

Plus de 27 ans après la sortie du premier tome aux USA, un éditeur français se serait enfin décidé à publier Wild Cards dans notre beau pays.
C’est J’ai Lu, collection Nouveaux Millénaires, qui a remporté le gros lot… si j’en crois les autres sites car sur jailu.com, le site officiel de l’éditeur, je ne trouve pas la moindre trace de l’info. On sent que les mecs ont envie d’en vendre des litres et ne font pas ça juste pour sortir un truc avec le nom de Martin sur la couverture ! Mais bon, vu qu’en France on modifie le découpage des livres du Trône de Fer, ça ne devrait pas me choquer. Exception culturelle, Pays des Lumières, tout ça…

Personnellement, j’ai connu Wild Cards en faisant des recherches sur d’éventuels romans dans lesquels apparaitraient des super-héros. Le genre étant omniprésent dans l’univers BD américain, j’étais étonné de constater sa rareté dans le reste de la littérature anglo-saxonne. J’ai trouvé quelques exemples récents, certains d’assez bonne facture (un jour j’en ferai la critique), et certains où le super-héroïsme était réduit à un gimmick ou un argument de vente (exemple : le tant honni La vie sexuelle des super-héros). Puis j’appris qu’il fallait remonter aux années 80 pour avoir exactement ce que je voulais : une histoire de super-héros globalement premier degré, sérieux, voire sombre parfois, sans référence ouverte à un quelconque trio de DC, quatuor de Marvel ou autre célèbre monte-en-l’air. Gâteau sous la cerise, ces livres avaient été écrits par des grands noms de la littérature de l’imaginaire, parmi lesquels (donc) G.R.R Martin et Roger Zelazny (dont j’avais aimé 70 à 80% du cycle des Princes d’Ambre).

Coup de chance, après avoir acquis les droits, un nouvel éditeur (Tor Books), tout en poursuivant la série (qui en est à plus de 20 livres) a entrepris de rééditer les tomes précédents avec de bien belles couvertures (cf. plus haut) dans le style des nouveaux volumes. J’aurai donc vraisemblablement une collection homogène.

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas très motivé à l’idée de me lancer dans des cycles (c’est une des raisons qui m’empêchent de me lancer dans Le Trône de Fer) mais comme dit précédemment, Wild Cards n’est pas composé que de romans mais aussi de nouvelles. Vous pouvez sans crainte vous faire les dents sur le premier tome, une collection de nouvelles plutôt indépendantes les unes des autres ; le second tome est dans la même veine, bien que les histoires soient un peu plus liées ; et si, ensuite, vous voulez lire le 3 (celui que je lis actuellement), peu vous importera que les histoires fassent un tout plus cohérent (mais toujours signées par différents auteurs pour chaque ligne scénaristique). Le tome 4 VO sera réédité début 2015, j’envisage presque d’acheter la nouvelle série (normalement assez indépendante) en attendant car, malgré mon rythme de lecture, j’avance vite.

Donc si vous aimez les super-héros, les histoires complexes, les personnages nombreux et la patte de G.R.R. Martin, Wild Cards devrait vous plaire. Et si vous ne bitez pas un mot d’anglais, normalement vous n’aurez plus d’excuse d’ici la fin du mois (si on peut faire confiance à Wikipédia).

3Wikipedia: Year 3 was a common year starting on Monday or Tuesday of the Julian calendar and a common year starting on Monday of the Proleptic Julian calendar. At the time, it was known as the Year of the Consulship of Lamia and Servilius. The denomination 3 for this year has been used since the early medieval period, when the Anno Domini calendar era became the prevalent method in Europe for naming years.

Publicités
Cet article, publié dans Critique, Culture, Je vous juge, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour …mais je lis Wild Cards (edited by George R. R. Martin)

  1. Zeroes dit :

    Je ne vois ton article que maintenant, mais je suis heureux de voir que je ne suis pas l’unique lecteur de wild cards en France :3 (enfin avec la sortie du livre la semaine dernière en France, le nombre de lecteur va peut être monter)
    J’ai connu cette saga à peu près comme toi: en fouillant sur le net, mais c’était à la recherche d’autres œuvres de GRRM et non de « super héros ».
    J’ai donc commencé la lecture il y a un peu plus d’un an et j’en suis maintenant en plein milieu du tome 14: MARKED CARDS

  2. Mariette04 dit :

    Je suis désespéré je cherche en vain le tome 4 en français je ne le trouve pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s